Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Connaître un moyen d’auto-hypnose, c’est se permettre d’expérimenter cet état. Si vous êtes curieux, c’est déjà quelque chose qui peut vous intéresser. C’est aussi utile pour vous permettre quelques applications de l’hypnose à vous-même, par vous-même. Et comme toute chose, il s’agit d’un apprentissage. Donc, plus vous le ferez, meilleur vous serez. La pratique est le gage de la meilleure compréhension possible.

Pour commencer

Quelles sont les applications possibles ? Vous pouvez commencer par vous relaxer. La détente musculaire peut aussi être un bon guide. Pensez à vous détendre en effectuant les simples indications que je vais vous donner vous aidera.
Néanmoins, la détente n’est pas obligatoire, vous pouvez très bien parvenir à vous hypnotiser tout en n’étant pas complètement détendu.

Vous pouvez procéder à l’auto-hypnose pour utiliser les techniques que je vous donne dans le livre que vous pouvez télécharger gratuitement : « Stress et anxiété : 7 techniques pour reprendre le contrôle  ». Mettez-vous en auto-hypnose, puis déroulez simplement la technique dans cet état, cela la rendra encore plus puissante et efficace. Ici, je vous livre une technique générale sans but précis.

Sur ce blog, je vous rappellerai d’utiliser l’auto-hypnose lorsqu’il y aura d’autres techniques intéressantes pour vous. Vous pourrez ainsi combiner les deux.

« La vie est une expérience. Plus on fait d’expériences, mieux c’est. » Ralph Waldo Emerson

Mise en condition

Pour vos débuts, je vous recommande de choisir un lieu et un moment adéquat, ainsi que de prendre quelques précautions élémentaires.
Au titre des précautions, cela va sans dire mais va mieux encore en le disant, ne faites pas d’auto-hypnose lorsque votre attention est primordiale : en conduisant par exemple. Aussi, veillez à ne pas être dérangé ou surpris : une sortie d’auto-hypnose brutale peut être désagréable. Ce n’est pas dangereux, mais ce serait comme être réveillé en sursaut… Il y a mieux !

Préférez une position assise ou allongée. Allongé, prenez une couverture : cela vous aidera en saturant votre sens du toucher, comme on le fait lorsqu’on se couche. Prenez une position confortable, mais pas trop. Allongé sur le dos avec le haut du corps surélevé est très bien. Si vous êtes assis, tenez-vous droit, bien installé sans être avachi. Les jambes sont décroisées avec les pieds bien à plat sur le sol. Les mains sont sur les cuisses ou sur les accoudoirs. Bien évidemment, si vous avez besoin de bouger, de changer de position vous pouvez le faire.
Concernant le moment, profitez de ceux où vous vous sentez naturellement détendu. Par exemple, après un repas. Notre cycle naturel peut être utilisé à notre avantage. De même choisissez un moment où vous n’êtes pas pressé. Vous pouvez vous fixer un temps d’auto-hypnose limité, bien sûr. L’idéal est simplement d’avoir le moins de pression possible, surtout à vos débuts.

Y a-t-il un risque de rester « coincé » dans cet état ? En fait, non. Mais si vous êtes très fatigué, vous pourriez vous endormir. Si vous craignez cela, programmez simplement une alarme qui suffira à vous réveiller.

Les étapes à suivre

Une fois prêt, voici les étapes à suivre. Lisez-les avant de procéder. J’évoque parfois plusieurs possibilités, dans ce cas c’est pour vous permettre de choisir ce qui est le mieux pour vous. De même, si vous ne suivez pas les points à la lettre, ce n’est pas un problème. L’essentiel, c’est le résultat, et pas comment on y parvient :

  • Choisissez un point qui vous convient en face de vous, si possible un peu en hauteur et fixez-le.
  • Dans le même temps, pensez à un air de musique calme qui vous plaît, à un paysage magnifique que vous avez déjà contemplé, ou encore à une sensation agréable que vous avez connue comme d’être tranquillement installé à une terrasse ou même tout cela à la fois.
  • Observez également votre respiration. Est-elle courte ou longue ? Profonde ou superficielle ?
  • Quand vos paupières commencent à battre de plus en plus ou qu’il devient difficile de fixer votre regard sur le point que vous avez choisit, fermez les yeux.
  • Là, imaginez ou ressentez la sensation d’avoir une porte devant vous. Sachez que derrière cette porte, vous allez continuer votre voyage.
  • Derrière cette porte, il y a des escaliers qui descendent. Ouvrez-là. (Note : si des escaliers qui descendent ne vous plaisent pas, imaginez qu’ils montent, ou qu’il s’agit d’autre chose comme par exemple un train ou un bateau qui vous emmène).
  • Descendez les escaliers en décomptant les marches à haute voix. Vous commencez à 10, puis 9, 8 et ainsi de suite.
  • A l’arrivée, il y a aussi une porte (ou un portail). Marquez un temps d’arrêt pour réaliser que derrière cette porte il y a un jardin magnifique. Un lieu qui vous attend, un lieu pour vous où vous pourrez retourner dès que vous en avez envie.
  • Franchissez la porte.
  • Quelles plantes voyez-vous, y a-t-il un chemin ? Le bruit du vent, des oiseaux ? Le parfum des fleurs, quel est-il ? Promenez-vous pour le découvrir et faites-vous un tableau le plus riche et le plus vivant possible. Soyez curieux ! Quel temps fait-il ? Quelle est la température ?
  • Profitez de ce lieu.
  • Si vous êtes venu pour faire aussi un autre travail, allez-y, faites-le.
  • Quand tout est bien pour vous et que vous estimez en avoir terminé, vous pouvez repartir.
  • Remontez les marches, en les comptant de 1 à 10.
  • Rouvrez les yeux, prenez une bonne inspiration et étirez-vous.
  • Prenez quelques instants pour vérifier que vous êtes complètement revenu à « ici et maintenant ».

Voilà c’est fait. Bravo !

« Prends pour te connaître
Le temps qu’il faudra…
Rien qu’à te connaître
Tu voyageras » Gilles Vigneault

Les clés pour profiter encore mieux de l’auto-hypnose

Ce qui est parfois surprenant pour quelqu’un qui débute, c’est de réaliser qu’il n’y a pas eu de perte de conscience. Il s’agit en effet d’un cliché. Vous resterez au courant de ce qui se passe et vous souviendrez de tout. Alors comment savoir si « ça a marché » ? C’est plutôt simple : à la fin du processus, vous aurez comme une sensation de retour à la réalité. Cette sensation est souvent accompagnée d’une profonde tranquillité.

Pratiquer l’hypnose sur soi-même, sans l’avoir jamais fait par ailleurs, est parfois difficile pour certaines personnes. Comme lorsque vous avez appris à nager ou à conduire, vous avez peut-être eu besoin d’être guidé ou bien comme d’autre personnes vous y êtes parvenu seul. Là aussi, vous pouvez vous aider vous-même : enregistrer les instructions que je vous ai données. Parler comme vous le feriez à un ami à qui vous expliquer quelque chose avec calme. Demandez aussi directement ce qu’il y a à faire par exemple « fixe un point au mur en face de toi, un peu en hauteur ». Suggérer la sensation ou le lieu calme, puis faites porter l’attention sur la respiration, et ainsi de suite. Vous n’aurez plus ensuite qu’à écouter votre propre enregistrement. Et qui sait, peut-être pourrez-vous en faire profiter d’autres personnes !

Expérimentez, amusez-vous et bonne séance d’auto-hypnose !

  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •