Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour passer de l’intention à l’action, nous avons besoin d’être stimulé. C’est d’ailleurs en créant des déclencheurs d’achat en nous que fonctionne la publicité. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un moyen simple d’utiliser ce principe à notre avantage. Issue de différentes recherches synthétisées par Robert Cialdini dans son ouvrage pré-suasion, la clé nous en est fournie par un modèle de formulation de nos objectifs.

Si/Quand-alors pour mes objectifs

Régulièrement nous avons des buts ou des objectifs à atteindre. Formuler notre attente n’est cependant pas suffisant pour agir efficacement. Parfois, nous les oublions ou alors nous n’y pensons pas au moment opportun.

La séquence « Si/Quand-alors » fonctionne en deux temps. La première partie nous permet de repérer les moments propices. Avoir formulé notre objectif de cette façon nous aide à réagir dès que le déclencheur se présente car une part de notre esprit y reste attentive. La seconde partie est simplement une action associée au déclencheur. Ainsi, dès que la situation que nous nous sommes programmée est rencontrée, nous sommes aussitôt prêts à agir de la façon que nous avons jugée appropriée.

« Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi. » Proverbe arabe

Une proposition mise à l’étude

Dans une étude menée par les professeurs Bayer et Gollwitzer en 2007 des étudiants devaient résoudre des séries de problèmes de logiques difficiles. Un premier groupe s’aidait de sa volonté en se répétant des phrases de type « Je vais résoudre le plus de problèmes possible, et je vais me dire que j’en suis capable ». Un second groupe, face à la même tâche, devait se dire « Je vais résoudre le plus de problèmes possible et quand je commencerai un nouveau problème, alors je me dirai que j’en suis capable. Les participants de ce groupe ont résolu 15 % de problèmes en plus par rapport ceux du premier groupe.

Correcteur

Si je vois une faute d’orthographe, alors je la corrige.

Dans une autre étude, des toxicomanes en cure de sevrage devaient écrire un document concernant le parcours professionnel qu’ils envisageaient à la sortie et de le produire avant la fin de la journée. À un groupe de ces patients aucune autre instruction n’avait été donnée. Aucun d’entre eux n’avait établi son plan à la fin de la journée. Pour un autre groupe, il a aussi été demandé d’élaborer un plan Si/Quand-alors. Par exemple « Si le déjeuner est terminé et qu’il y a de la place sur la table, alors je m’y installe pour rédiger mon parcours ». Dans ce cas, 80 % de ceux qui avaient un tel plan on bien effectué le travail demandé.

Construisez sur plan !

« J’ai fait mes plans avec les rêves de mes soldats endormis. » Napoléon Bonaparte

Pour vous aider à élaborer vos propres plans Si/Quand-alors, voici d’autres exemples de reformulation :

« Je veux faire de l’exercice. »
devient
« Si je dois monter des étages, alors je prends les escaliers. »
« Quand j’ai pris mon petit-déjeuner, alors je fais ma séance d’exercices. »

« Cette année, je vais être plus disponible pour ma famille »
devient
« Quand vient le moment de coucher les enfants, alors je leur lis une histoire. »
« Si je n’ai rien de prévu un dimanche, alors je planifie une sortie en famille. »

Quand vous concevez un objectif, alors utilisez un plan Si/Quand-alors !

« J’adore quand un plan se déroule sans accroc ! » Colonel John « Hannibal » Smith

En résumé : Formuler un but sous la forme « Si/Quand-alors » nous rend attentifs aux circonstances favorables à la mise en œuvre de l’action productive que nous y avons projetée.
Crédits photo : GRATISOGRAPHY
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •